Published: Ven, Juin 23, 2017
France | By Rebecca Lemoine

L'assaillant des Champs-Elysées était recherché par la justice tunisienne — France

L'assaillant des Champs-Elysées était recherché par la justice tunisienne — France

Le père de l'assaillant a été à son tour "placé en garde à vue dans la soirée alors qu'ils se présentait au domicile", a ajouté cette source. Les policiers ont aussi arrêté et placé en garde à vue quatre personnes qui sont des membres de la famille de Adam Djaziri, âgé de 31 ans.

Ce jour-là, un homme armé avait percuté volontairement, avec sa voiture, un fourgon de gendarmerie sur l'avenue des Champs-Elysées, sans faire de victimes, à quelques centaines de mètres de l'endroit où un policier avait été tué par un djihadiste, deux mois auparavant.

Adam Lotfi Djaziri avait une autorisation de port d'armes et s'entraînait dans un club de tirs à Paris, depuis 6 ans, bien qu'il soit fiché S (sûreté de l'Etat, pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale) depuis septembre 2015.

"Une nouvelle fois, les forces de sécurité en France ont été visées", a déploré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, évoquant une "tentative d'attentat".

La police a retrouvé dans sa voiture des bonbonnes de gaz, des armes de poing, une arme d'assaut et des explosifs. Il y avait de quoi "éventuellement faire sauter cette voiture", a rapporté le ministre. Un mode opératoire et une cible préconisés par les jihadistes. Peu après la collision, sa berline s'est embrasée pour une raison encore inconnue et les forces de l'ordre ont extrait le conducteur de l'habitacle rempli de fumée.

Une opération de déminage a d'abord été menée sur les lieux des faits avant que les secours ne prennent en charge l'homme grièvement blessé. "Certains m'ont crié de partir", a-t-il dit à l'AFP. "Il y avait du monde partout".

More news: Mionistère de la cohésion des territoires : Richard Ferrand sur le départ
More news: Hausses des tarifs autoroutiers : c'est du vol clame le régulateur !
More news: Législatives: Dupont-Aignan réélu dans l'Essonne

Deux heures après l'attaque, les touristes avaient déjà repris leurs selfies devant l'Arc de triomphe, entraient et sortaient des magasins comme lors d'une journée ordinaire.

Au domicile de la famille Djaziri, à Plessis-Pâté (Essonne), les perquisitions ont permis de trouver des nombreuses armes (fusils à pompe, fusil à lunette, pistolet, munitions, machette) et du matériel (talkie-walkie, alarmes, serflex), les enquêteurs ont trouvé huit bidons vides de poudre de rechargement de munitions de 500 grammes chacune.

L'assaillant, cadet d'une fratrie "de trois frères et sœurs", vivait là avec sa famille, installée depuis une trentaine d'années, selon une voisine sous couvert d'anonymat.

Et de souligner que l'attaque s'est produite deux jours avant la présentation en conseil des ministres d'une nouvelle loi antiterroriste.

Et la presse française de souligner que "les actions terroristes sont en train de se banaliser dans une routine meurtrière". L'attaque n'a pas été revendiquée.

Like this: