Published: Ven, Juin 16, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

L'armée russe a "probablement" tué Abou Bakr Al Baghdadi

L'armée russe a

L'armée russe a annoncé vendredi vérifier "par divers canaux" si une frappe qu'elle a menée le 28 mai près de Raqqa en Syrie avait tué lors d'une réunion le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi.

'Selon les informations que nous cherchons à vérifier par divers canaux, le dirigeant de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi se trouvait à cette réunion et a été éliminé dans le bombardement', a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué, en précisant que les Américains avaient été prévenus de l'opération. Au total, l'armée russe affirme avoir tué plusieurs "hauts dirigeants" de Daech, une "trentaine de chefs de guerre et jusqu'à 300 combattants". La coalition sous commandement américain, engagée dans la lutte contre l'Etat islamique, a déclaré ne pas être en mesure de confirmer la mort de Baghdadi.

Abou Bakr al-Baghda est l'un des hommes les plus recherchés au monde.

More news: Prise d'otages en cours dans une prison de l'Aube
More news: Les Enfoirés: Pierre Palmade déplore un changement d'ambiance
More news: Selon Trump, le témoignage de Comey lui donne raison

Cette annonce intervient alors que l'étau se resserre sur les combattants de l'EI à Raqqa, leur bastion en Syrie, contre lequel ont lancé une offensive les forces démocratiques syriennes, une alliance arabo-kurde anti-djihadiste soutenue par les Etats-Unis. Les combats s'y poursuivent sur les fronts nord, ouest et est de la ville, mais l'avance des forces antijihadistes a été freinée ces derniers jours par des contre-offensives de l'EI. Elle avait également frappé l'organisation par des missiles de croisière Kalibr, une première depuis novembre 2016.

Parmi les autorités du groupe terroriste tuées par les frappes aériennes, figurent l'Emir Abou El-Hadj al-Misri, l'Emir Ibrahim al-Naef al-Hadj, deux autorités de l'Etat Islamique qui contrôlaient une zone située entre Raqqa et Es-Suhne ainsi que Souleymane al-Shauah, chef de sécurité du groupe Etat Islamique.

Le Secrétaire d'État américain Rex Tillerson avait alors prédit la "mort" prochaine d'al-Baghdadi, assurant que ce n'était "qu'une question de temps".

Like this: