Published: Lun, Juin 12, 2017
France | By Rebecca Lemoine

La République en marche largement en tête — LEGISLATIVES EN FRANCE

La République en marche largement en tête — LEGISLATIVES EN FRANCE

Avec un score de 13,2% très éloigné de celui de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (21,3%). Protégés par le camp Macron, Stéphane Le Foll, Marisol Touraine et l'ex-Premier ministre Manuel Valls sont en revanche en ballottage favorable.

Ce succès est aussi le fruit de compromis de M. Macron, qui a transigé avec sa promesse de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions sans nouer d'accords d'appareil, et qui a concédé quelques "gestes politiques" en direction de ténors de gauche ou de droite (Marisol Touraine, Thierry Solère.) qui n'ont pas eu à affronter de candidat REM.

La droite, qui espérait priver le nouveau président Macron de majorité, terminerait avec 70 à 130 élus LR et UDI.

C'est "une déception", a reconnu son vice-président Florian Philippot: la barre des quinze députés pour former un groupe avait longtemps constitué un objectif minimal. Dont une partie devrait au final soutenir la majorité présidentielle.

Au niveau national, les candidats sous la bannière REM dépassent nettement le score d'Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle.

Mme Le Pen, en tête avec 46% des voix dans le Pas-de-Calais, a centré sa riposte sur le "taux d'abstention catastrophique" qui "pose la question du mode de scrutin" majoritaire. Par ailleurs, La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon et la République en Marche d'Emmanuel Macron ont également affirmé que des irrégularités ont été constatées dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, au profit du candidat socialiste sortant Patrick Mennucci.

More news: Officiel : Makengo arrive à Nice !
More news: "Decima" pour Nadal ou "segunda" pour Wawrinka — Roland-Garros
More news: La République en Marche recule mais reste en tête — Législatives

La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, obtiendrait, elle, dix à 23 fauteuils, PCF inclus. " ont viré en tête du premier tour des élections législatives, recueillant plus de 32% des suffrages et devançant largement Les Républicains (20,5%), condamnés à siéger dans les rangs de l'opposition - sauf crise politique majeure - cinq années de plus". Avec le vent en poupe, et malgré des candidats souvent sans notoriété ni expérience politique, La République en Marche du président français peut espérer rafler le 18 juin bien plus que la majorité absolue des sièges, qui est de 289 sur 577.

Six membres du gouvernement, qui devront démissionner en cas de défaite, jouent leur avenir: Richard Ferrand, pris dans une affaire immobilière qui a terni la campagne de la REM, ainsi que Bruno Le Maire, Annick Girardin, Marielle de Sarnez, Christophe Castaner et Mounir Mahjoubi. Il attend le second tour.

Quatre députés seulement (dont deux pro-Macron) ont été élus au premier tour, contre 36 en 2012.

Quoiqu'il en soit, une faible participation devrait avoir pour effet mécanique une limitation du nombre de députés élus dimanche. Si la logique a évidemment sa " part de responsabilité " dans ce score incontestable depuis l'inversion du calendrier électoral en 2002 - où les élections législatives suivent l'élection présidentielle -, difficile dans ce contexte d'imaginer les Français se dédire du choix effectué un mois auparavant et ne pas donner " les coudées franches " au gouvernement Philippe pour mettre en branle sa politique - il serait injuste de ne pas y voir " la main-stratège " du président et de ses équipes.

Ce dimanche quelque 350 000 électeurs des P. -O.et 270 000 Audois sont appelés, de 8 h à 18 h, à se rendre aux urnes pour désigner leurs députés qui siégeront pendant cinq ans à l'Assemblée nationale.

Like this: