Published: Sam, Juin 10, 2017
France | By Rebecca Lemoine

La justice enquête sur Richard Ferrand — Gouvernement Macron

La justice enquête sur Richard Ferrand — Gouvernement Macron

Si le principal intéressé se défend de toute activité illégale, et jure qu'il est " un homme honnête ", ces révélations passent mal dans l'opinion, encore très irritée par l'affaire Fillon. L'affaire Cahuzac restera un de plus gros scandales du quinquennat de François Hollande.

Après son élection, le nouveau président français, Emmanuel Macron a revendiqué une envie de faire de la politique autrement, avec de nouvelles têtes, et surtout de nouvelles règles. Au risque également de brouiller le discours sur le renouvellement des pratiques politiques, alors que jeudi, François Bayrou présentait les contours de sa loi de modernisation de la vie publique.

Cependant, il semblerait que cela n'ai pas suffi pour éviter les scandales. Jean-Louis Borloo avait à l'époque évoqué la mise en place de cette taxe, qui avait ensuite occupé toute la campagne de second tour.

Le procureur de la République de Brest Eric Mathais a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête préliminaire dans l'affaire immobilière impliquant le ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand.

Selon le Canard Enchaîné, les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était le directeur général de 1998 à 2012, ont loué un local commercial pour ouvrir un centre de soins en 2011. "La question est de savoir si la convention de bail qui liait les Mutuelles de Bretagne à la compagne de M. Ferrand à travers une SCI (Société Civile Immobilière) a été réalisée ou conclue dans l'intérêt des Mutuelles ou dans l'intérêt de cette proche en violation des droits des adhérents qui versent des cotisations, ce qui serait constitutif d'un enrichissement personnel", a expliqué l'avocat d'Anticor, Jérôme Karsenti.

More news: La police britannique donne davantage de détails sur la prise d'otage
More news: Emmanuel Macron confirme la mort d'un troisième Français — Attentat de Londres
More news: Roland-Garros: Simona Halep rejoint Jelena Ostapenko en finale

Le président de la République et son Premier ministre refusent pour le moment de pousser vers la sortie Richard Ferrand.

Le ministre-candidat aux législatives en Bretagne, Richard Ferrand, a affirmé samedi sur BFMTV, à l'occasion d'un déplacement sur l'île d'Ouessant, qu'aucun élément qui lui est reproché depuis plusieurs jours ne le mettait "au banc d'infâmie" et qu'il avait "confiance dans la justice".

"Je ne ferai pas de commentaires", a pour sa part déclaré le président de la République, qui avait appelé la veille le gouvernement à la "solidarité", tout en estimant que la presse ne devait "pas devenir juge".

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré jeudi que tant que Richard Ferrand n'était pas mis en examen, il n'avait pas à démissionner du gouvernement. On est à l'intérieur de ces règles.

Like this: