Published: Dim, Juin 18, 2017
France | By Rebecca Lemoine

La grande-tante du petit Grégory inculpée

La grande-tante du petit Grégory inculpée

Mercredi, les gendarmes de la section de recherches de Dijon avaient placé en garde à vue Marcel Jacob, oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père de l'enfant assassiné), sa femme Jacqueline, ainsi qu'une belle-soeur du père, Ginette Villemin. Ce vendredi, Jacqueline Jacob, la grand-tante du petit Grégory mort en 1984, a été mise en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort avant d'être placée en détention provisoire. " A l'évidence, Grégory a été enlevé au domicile de ses parents et retenu un certain temps jusqu'à sa mort, a poursuivi le procureur général, ajoutant que les personnes qui ont participé à cet enlèvement sont " les auteurs du crime " car " il n'y aurait pas eu d'assassinat sans enlèvement ". Il y a entre autre, un débat sur l'alibi des époux le jour de la mort: ils ne présenteraient pas, en l'état, d'alibi qui soit confirmé.

Du fait, d'abord, de leur acrimonie assumée vis-à-vis du père de Grégory, jalousé pour son ascension sociale, lui qui était devenu contremaître à 26 ans dans l'usine localeAuto Coussin.En 1982, Marcel lui aurait lancé: "Je ne serre pas la main à un chef!". La justice a constaté "une similitude importante des termes" utilisés dans cette lettre et le courrier revendiquant le meurtre de l'enfant, l'année suivante. Trente-deux ans après la mort du petit Grégory, deux membres de la famille Villemin devraient être mis en examen ce vendredi après-midi. Les expertises récentes d'une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée en 1983 à Jean-Marie Villemin, désignent Jacqueline Jacob comme une auteure possible.

Pour leurs deux avocats, ces mises en examen et le placement en détention provisoire de leurs clients sont des mesures excessives au vue des preuves avancées par les parquet. Et c'est de nouveau ce "clan Laroche" qui se retrouve aujourd'hui au centre de l'enquête. Il concède toutefois ne pas pouvoir "dire qui a tué Grégory Villemin".

More news: ANTHEM, le nouveau jeu de Bioware présenté à l'E3 2017
More news: Le bilan passe à 12 morts — Incendie à Londres
More news: Affaire du petit Grégory : trois personnes interpellées dans les Vosges

Le procureur de la république a tenu ce vendredi une conférence de presse. Mais il n'avait encore jamais été inquiété par la justice. Marcel Jacob, 71 ans, a déjà été soupçonné, durant la procédure, d'avoir endossé le rôle du "corbeau", lorsqu'une lettre anonyme avait fait état d'une altercation entre deux frères de Jean-Marie dont il avait été le seul témoin. Si elle a fait valoir son droit au silence, son mari Marcel, 72 ans, a lui préféré parler aux policiers auxquels il a clamé son innocence. Finalement entendue deux ans plus tard soit sept ans après les faits, elle s'était alors montrée particulièrement réticente à répondre aux questions. Des charges plus lourdes que pour son époux. Jeudi, lors d'une conférence de presse, il avait désigné Jacqueline Jacob comme un des corbeaux de l'affaire.

Les soupçons se fondent notamment sur des rapprochements graphologiques ou lexicaux - la récurrence de l'expression "le chef" pour désigner Jean-Marie Villemin - dans une affaire qui regorge de lettres anonymes.

Like this: