Published: Mer, Juin 21, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Hausses des tarifs autoroutiers : c'est du vol clame le régulateur !

Hausses des tarifs autoroutiers : c'est du vol clame le régulateur !

" Le niveau de rémunération des sociétés concessionnaires devrait être plus conforme aux risques supportés " estime le régulateur. L'Arafer, l'autorité publique indépendante chargée de la régulation et du fonctionnement des marchés des transports, tire la sonnette d'alarme sur les grands chantiers annoncés par sept compagnies exploitante d'autoroutes. Elle a passé au crible le plan d'investissement signé entre l'État et les concessionnaires.

L'Arafer, l'autorité contrôlant les activités routières, dénonce dans un communiqué les hausses excessives et injustifiées des tarifs des péages. Or pour l'Arafer, "il n'apparaît pas justifié de faire supporter par l'usager de l'autoroute le financement de 23 opérations (représentant environ 34% du coût total de construction du plan)".

Ironie de l'histoire, c'est la loi Macron qui a rendu obligatoire la consultation de l'Arafer dans le cas où la modification - l'avenant - d'un contrat autoroutier existant prévoirait une modification du tarif des péages ou de la durée de la concession.

Le plan d'investissement autoroutier de janvier comporte 57 opérations pour un coût global de 803,5 millions d'euros. Pour les travaux qui ne sont pas jugés fondamentaux pour les autoroutes, leurs usagers ou leur fonctionnement, l'Arafer ne comprend pas pourquoi ce serait aux collectivités locales et aux usagers de les financer.

More news: Pouille dans le dernier carré — Stuttgart
More news: Roaming : le forfait Free évolue !
More news: Phelps va affronter… un requin !

L'essentiel des millions que doivent apporter Vinci, Eiffage ou l'espagnol Abertis, via leurs filiales Cofiroute, APRR ou Sanef, est en fait apporté par les usagers, qui vont faire face à des hausses de péages supplémentaires entre 2019 et 2021, note l'Arafer.

Le plan d'investissement autoroutier concerne principalement la création ou l'aménagement d'échangeurs et de diffuseurs autoroutiers ainsi que des travaux d'amélioration environnementale. Les hausses de péage envisagées en contrepartie d'investissements seraient en effet trop élevées.

Le régulateur n'est pas chargé d'apprécier l'opportunité des investissements envisagés, qui peuvent répondre à un objectif d'intérêt général, mais, comme l'exige la loi pour ces investissements conclus hors appel d'offres, de vérifier que les opérations entraînant une hausse des tarifs de péage répondent à une condition stricte de nécessité ou d'utilité pour l'exploitation de l'autoroute déjà concédée (amélioration des conditions de circulation par exemple).

Like this: