Published: Ven, Juin 09, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

GB/Législatives: les conservateurs perdraient leur majorité absolue

GB/Législatives: les conservateurs perdraient leur majorité absolue

Selon celles-ci, les Tories décrocheraient 314 sièges, contre 330 dans l'assemblée sortante, tandis que les travaillistes de Jeremy Corbyn gagnent 32 sièges à 266 mandats.

"Madame May, qui devait être confortée, a perdu son pari, et donc est dans une situation moins simple, parce que au fond on ne connaît pas bien la configuration ce matin pour gouverner", a-t-il expliqué sur Europe 1.

A gauche, les indépendantistes écossais du SNP essuieraient de lourdes pertes, à 34 sièges contre 54 précédemment, selon les projections. Quant au nouveau Parlement, il siégera une première fois le 13 juin, avant la cérémonie d'ouverture solennelle le 19 juin. jour du début des négociations avec les 27 à Bruxelles. Dans les deux cas, les négociations pourraient retarder le calendrier du Brexit.

Mme May a convoqué ces législatives anticipées pour avoir les coudées franches et faire fi des réticences éventuelles au sein de son parti.

Si ces projections se confirment et que les conservateurs perdent leur majorité, ils auront le choix de former soit un gouvernement minoritaire soit une coalition avec un ou plusieurs autres partis. Les Lib-Dem ont prévenu jeudi soir qu'il n'y aurait "pas de coalition". Mais les premiers ne pèsent au mieux qu'une petite dizaine de sièges, alors que le SNP est un parti purement régional dont le principal objectif reste l'indépendance de l'Ecosse. Elle "pourrait rapidement se trouver sous pression de démissionner en tant que leader du Parti conservateur", a-t-elle ajouté.

"Le grand pari de May échoue", résumait le quotidien conservateur Times dans un titre barrant sa une.

More news: Roland-Garros: Simona Halep rejoint Jelena Ostapenko en finale
More news: Nadal en demi-finale en France — Tennis
More news: Le troisième auteur de l'attentat de Londres identifié

Après les surprises du Brexit et de l'élection de Donald Trump, "c'est la leçon des deux dernières années", estime Brian Klaas, de la London School of Economics.

Theresa May avait convoqué le scrutin en avril, contrairement à ses propres engagements, en espérant surfer sur des sondages créditant son parti d'une avance de 20 points sur le Labour.

" On ne veut pas que ces attaques influent sur ce qu'on pense", assurait Javed, 23 ans, dans un bureau de vote de Barking à l'est de Londres, d'où provenaient des auteurs de l'attentat de samedi". Tous les politologues s'accordent pour saluer la campagne plus que réussie du patron du Labour, qui a multiplié les meetings au contact des électeurs et su exploiter plusieurs faux-pas de Mme May, notamment sur la protection sociale.

Les bureaux de vote ont ouvert à 07h00 locales (06h00 GMT) et fermeront à 22h00 (21h00 GMT), dans un pays toujours ébranlé par trois attentats revendiqués par le groupe Etat islamique qui ont fait 35 morts en moins de trois mois.

La question de la sortie de l'UE a cependant été à l'esprit de nombreux électeurs au moment de voter. Les résultats électoraux de ce 8 juin prouvent que ces divisions sont plus visibles que jamais et que la position de la Première ministre sur le Brexit a été jugée tout sauf claire par les Britanniques.

Like this: