Published: Sam, Juin 17, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Brexit: Barnier prêt à laisser du temps au Royaume-Uni

Brexit: Barnier prêt à laisser du temps au Royaume-Uni

"Ce gouvernement guidera notre pays dans les discussions cruciales sur le Brexit qui commenceront dans dix jours et répondra au souhait des Britanniques en menant à bien la sortie de l'Union européenne".

Theresa May s'exprimait à l'issue d'une brève rencontre avec la reine Elizabeth II à qui elle a officiellement demandé l'autorisation de former un nouveau gouvernement. Vendredi 9 juin, le parti conservateur britannique est arrivé en tête des élections législatives convoquées avec trois ans d'avance, sans pour autant parvenir à conserver sa majorité absolue à la Chambre des communes. Theresa May a ainsi confirmé qu'elle comptait s'allier au Parti unioniste irlandais pour gouverner.

Theresa May, qui disposait d'une majorité de 17 sièges dans le Parlement sortant, espérait avoir les coudées franches pour négocier un " Brexit dur " avec les 27 à partir du 19 juin. Établi à 68,72%, le taux de participation est le plus élevé pour des élections législatives depuis 1997, même s'il est inférieur à celui du référendum sur la sortie de l'Union européenne de juin 2016. UKIP, sans Nigel Farage, continue à se désintégrer, et n'a pas réussi à faire élire un seul député, tandis que les écologistes réussissent à s'emparer d'un unique siège. Son leader Paul Nuttal a annoncé sa démission à la suite de cette défaite.

Selon un de ses porte-parole, la Première ministre britannique Theresa May, appelée à la démission par l'opposition, a l'intention de former un nouveau gouvernement.

La Première ministre a convoqué des élections pour avoir un mandat, et la réponse qu'elle a reçue, c'est la perte de sièges conservateurs, la perte de voix, de support et de confiance.

More news: L'armée russe a "probablement" tué Abou Bakr Al Baghdadi
More news: La Porsche 911 GT2 RS (2017) révélée dans Forza 7!
More news: Un étudiant américain libéré en Corée du Nord

Elle a déclaré qu'elle formerait un gouvernement capable de rassurer et de faire avancer le Royaume-Uni, réaffirmant son engagement à poursuivre le processus de sortie de l'Union européenne. Décidées par la première ministre Thérésa May, elles n'ont pas permis de conforter sa position de force chez les Conservateurs.

"Dès la fermeture des bureaux, la projection de ce résultat avait provoqué une chute de la livre sterling à New York, tant face à l'euro que face au dollar". La Bourse de Londres était quant à elle en hausse, de 0,65% vers 10H30 GMT, les grandes multinationales cotées sur ce marché profitant de l'affaiblissement de la monnaie britannique. "En ce qui concerne la Commission, nous pouvons ouvrir des négociations dès demain matin à neuf heures et demie", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Son homologue allemand, Günther Oettinger, a jugé lui que Londres était désormais un partenaire "faible" et "mauvais" pour négocier le Brexit. Les ministres des Finances Philip Hammond, des Affaires étrangères Boris Johnson, en charge du Brexit David Davis, ainsi que la ministre de l'Intérieur Amber Rudd et son collègue de la Défense Michael Fallon ont été reconduits dans leurs fonctions a indiqué Downing Street dans un communiqué, précisant que d'autres nominations seront annoncées dans la soirée.

"Les négociations sur le Brexit devraient débuter quand le Royaume-Uni sera prêt; le calendrier et les positions de l'UE sont claires". "Unissons nos efforts pour conclure un accord", a-t-il tweeté d'un ton conciliant.

International Les Européens redoutent que les négociations prennent du retard.

À Paris, le Premier ministre Edouard Philippe a jugé que ces résultats étaient "une forme de surprise" mais qu'ils ne remettaient pas "en cause" la procédure de divorce de la Grande-Bretagne d'avec l'UE.

Like this: