Published: Mer, Mai 31, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Washington prêt à interdire les ordinateurs en cabine sur tous les vols

Washington prêt à interdire les ordinateurs en cabine sur tous les vols

"Il y a une menace réelle" assure-t-il sur la chaîne américaine.

Tablettes et ordinateurs portables devront-ils bientôt voyager en soute sur tous les vols internationaux au départ et à destination des États-Unis?

Les États-Unis envisagent d'étendre l'interdiction des ordinateurs portables et tablettes en cabine à tous les vols, quelle que soit leur provenance.

John Kelly, le ministre à la Sécurité intérieure américaine explique:C'est vraiment une obsession des terroristes: l'idée d'abattre en plein vol un appareil, tout particulièrement s'il s'agit d'un avion américain, rempli de citoyens américains. "Il y a une vraie menace contre l'aviation", estime John Kelly, secrétaire à la sécurité intérieure des États-Unis. Les Etats-Unis disposent d'informations des services de renseignement selon lesquelles un ordinateur portable pourrait être utilisé pour déclencher une bombe à bord d'un avion.

More news: "Prêt" pour le retour, Thomas Pesquet a déjà fait sa valise
More news: Sommet du G7 en Sicile: derrière les sourires, les divergences
More news: Man Utd bat l'Ajax et remporte le trophée — Europa League

Ils avaient ensuite fait savoir que ces restrictions pourraient être étendues à d'autres régions, dont l'Europe.

Une interdiction américaine sur les ordinateurs portables pourrait semer la pagaille dans les aéroports européens, avec plus de 3.250 vols par semaine prévus cet été entre les pays de l'Union européenne et les États-Unis, selon des chiffres de l'industrie aérienne. Depuis le 21 mars dernier, cette interdiction a déjà été mise en vigueur pour huit pays musulmans, dont l'Egypte, la Turquie, la Jordanie ou encore le Maroc.

Cette mesure sécuritaire, qui a suscité une controverse au niveau international, a néanmoins été rapidement suivie par le Royaume-Uni qui l'a appliquée à la Turquie, la Jordanie, l'Egypte, la Tunisie, l'Arabie saoudite et au Liban. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Like this: