Published: Lun, Mai 29, 2017
Médecine | By Sylviane Desjardins

Un nouveau missile balistique tiré — Corée du Nord

Un nouveau missile balistique tiré — Corée du Nord

Ses diplomates travaillent officiellement depuis des semaines avec Washington à la rédaction d'une nouvelle résolution de l'ONU qui presserait, en théorie, la Corée du Nord à renoncer à ses tirs.

Tokyo s'offusque de la dangerosité croissante des essais nord-coréens. Le missile semble avoir abouti dans les eaux territoriales du Japon. L'engin a parcouru quelque 450 km avant de retomber dans la mer de l'Est, la mer qui sépare les deux Corées et le Japon. Il a ajouté qu'"une analyse est en cours pour déterminer le nombre spécifique" de missiles déclenchés, laissant penser que plus d'un pourrait avoir été lancé. Cependant, le responsable a affirmé qu'il ne représentait aucun danger pour l'Amérique du Nord.

Depuis le début de l'année dernière, Pyongyang a mené des dizaines de tirs de missiles et deux essais nucléaires, mais a accéléré les choses ces dernières semaines.

La Corée du Nord a procédé lundi au tir d'un missile de courte portée qui a fini sa course au large de sa côte est, a annoncé la Corée du Sud. Des versions modifiées de missiles Scud sont susceptibles d'atteindre 1.000 km.

Le Japon a immédiatement réagi.

More news: Deux nouveaux suspects arrêtés en lien avec l'attaque — Attentat de Manchester
More news: Début du ramadan en France, mois sacré pour les musulmans
More news: Attentat de Manchester: un frère de l'auteur présumé arrêté en Libye

Donald Trump et le Premier ministre japonais Shinzo Abe se sont dits d'accord vendredi, en marge du sommet du G7, pour étendre les sanctions contre la Corée du Nord et la Chine y est elle aussi ouverte si Pyongyang refuse de venir à la table des négociations.

"Nous ne tolèrerons jamais que la Corée du Nord continue ses provocations et ignore les avertissements répétés de la communauté internationale", a déclaré Shinzo Abe à des journalistes. A Séoul, le nouveau président Moon Jae-In, perçu comme moins dur que son prédécesseur vis-à-vis de Pyongyang, a convoqué une réunion du conseil de sécurité nationale, selon Yonhap.

Selon les dirigeants du G7 qui se sont réunis samedi, les tests nucléaires et de missiles nord-coréens représentent une "menace grave".

En dépit des déclarations très fermes de Donald Trump, qui se dit prêt à régler seul le problème nord-coréen, son secrétaire à la Défense James Mattis a estimé lors d'une interview diffusée dimanche, avant le dernier tir, qu'une guerre avec Pyongyang serait "catastrophique".

Like this: