Published: Mar, Mai 30, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Trump rencontre Macron, loue sa "formidable victoire"

Trump rencontre Macron, loue sa

"Je ne suis pas sûr à 100% que l'on puisse dire aujourd'hui, Monsieur le Président et moi-même, que nous avons une position commune, une opinion commune au sujet de la Russie", a souligné Donald Tusk, le président du Conseil européen, après une bonne heure d'entretien avec M. Trump.

En Europe de l'Est, l'admiration affichée par le président américain pour son homologue russe est un sujet de préoccupation.

"Je respecte le fait qu'il ait mis "sous revue" les engagements de Paris".

Jamais de demi-mesure. En accueillant ce jeudi Emmanuel Macron à l'ambassade américaine de Bruxelles, dans le cadre du sommet de l'Otan, Donald Trump a été remarquablement élogieux avec le nouveau président français.

Des thèmes comme le commerce international et le changement climatique pourraient faire l'objet d'échanges, a-t-il cependant ajouté.

M. Tusk a toutefois indiqué qu'il y avait aussi des convergences, "surtout sur le contre-terrorisme", après l'attentat-suicide à la sortie d'un concert à Manchester, qui a fait 22 morts et 64 blessés lundi soir.

Quelques jours avant sa prise de fonction, avait notamment prédit que "d'autres pays vont quitter" l'UE en suivant l'exemple de Londres et du Brexit.

More news: Une nouvelle finale pour Clermont
More news: Un frère de l'auteur présumé arrêté en Libye — Attentat de Manchester
More news: Nekkaz lance l'opération "toutes en burkini" et suscite la polémique à Cannes

Jusqu'ici, la première tournée internationale de M. Trump avait réussi à éviter les controverses lors de ses étapes en Arabie saoudite, en Israël et au Vatican.

L'OTAN créera une unité du renseignement contre-terroriste pour améliorer le partage d'informations, en partie après que M. Trump eut demandé plus d'efforts dans la lutte au terrorisme.

L'Allemagne et la France, réticentes dans un premier temps, se sont ralliées à cette plus grande implication de l'alliance militaire contre le terrorisme.

Signalons que chacun des 28 pays de l'Alliance atlantique est déjà membre à titre individuel de la coalition qui mène des raids aériens contre l'EI en Irak et en Syrie, et soutient les offensives au sol contre les fiefs djihadistes de Mossoul (Irak) et Raqa (Syrie).

De leur côté, les dirigeants européens de l'Otan ont aussi des attentes.

Ils espèrent que M. Trump dira à cette occasion, pour la première fois publiquement, que les Etats-Unis souscrivent sans réserve à l'Article 5 du Traité de Washington qui prévoit que tous les Alliés volent au secours d'un des leurs en cas d'agression.

Like this: