Published: Mer, Mai 31, 2017
Économie | By Estienne Trouve

La visite tournera-t-elle au duel à Versailles — Rencontre Macron-Poutine


S'il ne croit pas à "l'invective publique", Emmanuel Macron, 39 ans, assure qu'il ne compte "laisser rien passer" dans ses conversations avec ses homologues, et se faire "respecter".

" Il faut unir nos efforts dans la lutte contre le terrorisme et nous ne pourrons y parvenir que si nous unissons nos efforts pour affronter cette peste du XXIe siècle " a dit Vladimir Poutine en conférence de presse ce lundi.

Les deux chefs d'Etat étaient ensuite attendus pour déjeuner en cercle un peu plus élargi dans le restaurant du grand chef Alain Ducasse qui est dans le château.

"Le président Poutine m'a (.) indiqué avoir pris plusieurs initiatives sur le sujet des personnes LGBT en Tchétchénie, avec des mesures visant à faire la vérité complète sur les activités des autorités locales et (pour) régler les sujets les plus sensibles", a-t-il indiqué, promettant d'être "constamment vigilant" sur cette question.

La conférence de presse a été marquée par la réponse de M. Macron à une journaliste russe qui l'interrogeait sur sa décision d'exclure deux médias en français financés par le Kremlin, Russia Today et Sputnik, de son quartier général pendant la campagne présidentielle.

L'insigne faiblesse des résultats du G7 de Taormina conclu par un seul et très vague accord sur l'antiterrorisme et la défausse de Donald Trump sur l'Accord climatique de Paris ne semble pas entamer l'optimisme du président français.

More news: Trump arrive à Bethléem et s'entretient avec Abbas — Palestine
More news: Sommet du G7 en Sicile: derrière les sourires, les divergences
More news: Le frère du kamikaze préparait un attentat en Libye — Attentat de Manchester

Pour Emmanuel Macron, il est nécessaire de "parler avec la Russie" de la crise syrienne afin de "changer le cadre de sortie de la crise militaire" et de "construire de manière beaucoup plus collective une solution politique inclusive".

Il devait l'inaugurer en octobre 2016, mais l'escalade verbale entre Paris et Moscou à propos de la Syrie, l'avait conduit à annuler ce déplacement.

Face à Poutine, Emmanuel Macron a promis un dialogue "sans concession". Venu "voir tout ce qui en valait la peine en France", il se rend à Saint-Cyr où, après avoir contemplé fixement la vieille madame de Maintenon, il tourne les talons sans lui adresser la parole!

Le président français estime que la mise à l'écart des Occidentaux sur ce dossier, au profit d'un processus de cessez-le-feu parrainé par la Russie, l'Iran et la Turquie, signait leur "défaite". Le président français a averti son homologue russe qu'il y a "une ligne rouge" à ne pas franchir dans le conflit syrien.

De son côté, Emmanuel Macron avait affirmé lors de sa campagne ne "pas faire partie de ceux qui sont fascinés par Vladimir Poutine", dont il disait ne pas partager les "valeurs". "Cette rencontre est d'importance pour les rapports entre la France et la Russie, qui se sont considérablement dégradés depuis 2012 et l'élection de François Hollande".

Like this: