Published: Mar, Mai 16, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

La Syrie qualifie les accusations sur un "crématorium" d'"infondées"

La Syrie qualifie les accusations sur un

Les Etats-Unis ont accusé, lundi 15 mai, la Syrie d'avoir brûlé dans un "crématorium" une partie des milliers de prisonniers assassinés par le régime ces dernières années.

Ces accusations du gouvernement américain surviennent quelques jours après la visite à Washington du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, dont le pays soutient le régime syrien.

"Ces allégations (.) ne sont que le produit de l'imagination de cette administration (américaine) et de ses agents", a indiqué le ministère syrien des Affaires étrangères à l'agence de presse officielle syrienne Sana.

More news: Présidentielle: Macron progresse face à Le Pen
More news: Donald Trump a-t-il tenté d'intimider James Comey?
More news: Gaspard Gantzer à Rennes. Jean-Yves Le Drian n'était pas au courant

"Hier, l'administration américaine nous a sorti un nouveau scénario hollywoodien déconnecté de la réalité accusant le gouvernement syrien (.) d'avoir fait un crématorium dans la prison de Saydnaya", a-t-il encore souligné.

"La France demande qu'une enquête internationale soit diligentée dans les meilleurs délais sur (la prison de) Saydnaya", et "appelle les soutiens du régime, en particulier la Russie, à utiliser ses leviers sur Damas" pour autoriser l'accès à la Commission d'enquête internationale, et au Comité international de la Croix-Rouge.

Sur ces clichés datés d'avril 2017, d'avril 2016, de janvier 2015 et d'août 2013, on voit des bâtiments, dont l'un est légendé "prison principale" et l'autre "probable crématorium". L'ONG avait interrogé 84 personnes, travaillant dans la prison et des détenus. "En une seule nuit, jusqu'à 50 personnes peuvent être pendues ", avait écrit Amnesty International, qui qualifie le lieu de "de véritable abattoir humain ". Amnesty avait dénoncé une "politique d'extermination". Privation de nourriture, d'eau, de médicaments et de soins médicaux ne sont qu'un aperçu du traitement réservé aux détenus. Il n'a toutefois pas pu dire si ce "crématorium" était toujours en service. Il a cependant rappelé que "les États-Unis avaient exprimé maintes fois leur consternation devant les atrocités commises par le régime syrien ". Washington a exhorté la Russie à faire pression sur son allié pour qu'il mette fin à ces "meurtres de masse". Ce dernier s'était félicité d'une "compréhension mutuelle " entre les deux puissances et avait affirmé vouloir continuer de "coopérer ".

Like this: