Published: Dim, Mai 28, 2017
Économie | By Estienne Trouve

Jared Kushner cité dans lenquête sur les ingérences russes aux Etats-Unis

Jared Kushner cité dans lenquête sur les ingérences russes aux Etats-Unis

Jared Kushner, mari d'Ivanka Trump, la fille préférée du président, est sur l'écran radar du FBI, mais sans que cet influent et très discret conseiller soit pour autant considéré comme un suspect dans l'enquête de la police fédérale, rapportaient des médias américains.

L'ambassadeur russe Sergueï Kisliak a rapporté à ses supérieurs que Jared Kushner, devenu depuis conseiller en affaires étrangères du nouveau locataire de la Maison Blanche, avait formulé cette demande en suggérant d'utiliser des bâtiments diplomatiques russes, selon des interceptions de communications russes vues par ces responsables.

L'avocat de M. Kushner, Jamie Gorelick, a répondu que son client "s'était déjà volontairement proposé de partager avec le Congrès ce qu'il sait de ces rencontres. Il en fera de même pour toute autre enquête".

L'enquête du FBI, désormais supervisée par le procureur spécial Robert Mueller, se penche sur les contacts entre des membres de l'équipe de campagne de Trump et de hauts responsables russes.

L'ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Michael Flynn, qui a dû démissionner pour ses liens avec la Russie, aurait lui aussi été présent à ce moment là. L'enquête vise aussi un ancien directeur de la campagne Trump, Paul Manafort.

Le FBI, qui enquête depuis juillet sur une éventuelle " coordination " entre des proches de Donald Trump et Moscou, regarde de près cette rencontre ainsi qu'une autre de Jared Kushner avec un banquier russe, Sergueï Gorkov.

More news: F1. GP de Monaco : Hamilton le plus rapide en FP1
More news: " "L'organisation " Etat Islamique " revendique l'attaque — Attentat de Manchester
More news: Nekkaz lance l'opération "toutes en burkini" et suscite la polémique à Cannes

"Si un agent de renseignement américain avait fait quelque chose de semblable, nous considérerions cela comme de l'espionnage", a déclaré John McLaughlin, ex-patron de la CIA sur MSNBC hier soir.

Les services de renseignement américains ont depuis longtemps la conviction qu'il y a eu des "interactions" entre l'entourage de M. Trump et des cadres de Moscou.

Toujours selon le New York Times, la commission sénatoriale a demandé à l'équipe politique de M. Trump de 'rassembler et fournir tous les documents, courriels et enregistrements téléphoniques liés à la Russie depuis le lancement de sa campagne en juin 2015'.

L'équipe de Donald Trump a éventuellement abandonné l'idée, qu'elle jugeait caduque après la confirmation de Rex Tillerson au poste de secrétaire d'État. Pour le moment, la Maison Blanche s'est refusée à tout commentaire.

Michael Flynn ne serait donc pas le seul à avoir vraisemblablement violé la loi dans le but de camoufler ses contacts avec les Russes avant l'investiture de Donald Trump à la présidence.

Si Donald Trump tient, comme il l'a promis, à mener son effort jusqu'au bout, ce dossier devrait prendre la direction de la Cour suprême à Washington, qui tranchera en dernier ressort. Il a même qualifié les enquêtes de "chasse aux sorcières" et de "coup monté" de l'opposition démocrate pour se venger de sa défaite. Et la tendance s'est accentuée depuis que Donald Trump a limogé James Comey.

Like this: