Published: Lun, Mai 15, 2017
Globale | By Boniface Saint-Yves

Des hôpitaux britanniques et des entreprises espagnoles ciblés — Cyberattaque

Des hôpitaux britanniques et des entreprises espagnoles ciblés — Cyberattaque

Theresa May a déclaré en début de soirée sur la chaîne SkyNews qu'il s'agissait "d'une attaque internationale et que plusieurs pays et organisations ont été touchés".

L'attaque serait de "portée mondiale" et toucherait des organisations en Australie, en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie et au Mexique, ont également indiqué les analystes de Forcepoint Security Labs dans un communiqué, précisant qu'il s'agit "d'une campagne majeure d'emails malveillants".

Cette attaque n'était "pas spécifiquement dirigée contre le NHS et touche d'autres secteurs", a-t-elle encore indiqué, sans donner de précision.

Alors qu'une enquête est en cours, le NHS a identifié le virus comme étant "Wanna Decryptor": il crypte les données d'un ordinateur, afin d'exiger de son propriétaire une rançon en échange d'une clé de décodage.

Dans un communiqué, le service public de santé britannique (NHS) a révélé qu'"Un certain nombre d'organisations ont rapporté avoir été affectées par des attaques informatiques".

Le NCSK a dans le même temps diffusé un mode opératoire à destination des entreprises ou organisations touchées par ce genre d'attaques informatiques.

"Nous avons éteint les ordinateurs, par précaution, parce que tous nos serveurs sont hébergés par Telefonica, mais il n'y a aucun problème, 100% des installations sont opérationnelles", a assuré le porte-parole. "Aucun ordinateur ne fonctionne actuellement", ont déclaré deux employés de l'hôpital St Bartholomew, à Londres, sous couvert d'anonymat.

More news: Chelsea file vers son 6e titre de champion
More news: Après sa large victoire, Macron à la recherche d'une majorité
More news: Le pape canonise deux bergers de Fatima — Centenaire des apparitions

L'ampleur de la vague de cyberattaques de portée mondiale qui a eu lieu vendredi, paralysant les ordinateurs de sociétés et de services publics à travers de nombreux pays, continue de se confirmer au fil des heures. Pour assurer la sécurité et le bien-être des patients, "le plan d'incident majeur" a été mis en place dans les services touchés. Plusieurs hôpitaux britanniques ont subi ses attaques ce vendredi, les obligeant à annuler des rendez-vous.

Les autorités espagnoles avaient été parmi les premières à communiquer en Europe, indiquant que le géant des télécoms Telefonica et de nombreuses autres entreprises avaient été visées par une cyberattaque dans la journée.

Pour David Emm, un chercheur de l'entreprise Kaspersky, spécialisée dans les anti-virus, ces attaques montrent que les hackers "se détournent des usagers privés pour s'en prendre à des entreprises".

Le ministère de l'Energie a expliqué avoir eu "confirmation de différentes cyberattaques visant des sociétés espagnoles", par un virus de type "ransomware", qui bloque l'accès à des fichiers tant qu'une rançon n'a pas été versée.

Le Centre cryptologique national (CCN) - division des services de renseignements en charge de la sécurité des technologies de l'information- a annoncé de son côté "une attaque massive de ransomware", cryptoware ou "rançongiciel" en français, de type WannaCry.

L'attaque 'touche les systèmes Windows en cryptant tous leurs fichiers et ceux des réseaux en partage', a expliqué le CCN.

Like this: