Published: Sam, Avril 22, 2017
Science | By Sylvain Tremaux

Bose accusé d'espionner ses utilisateurs à travers Bose Connect — Casques connectés

Bose accusé d'espionner ses utilisateurs à travers Bose Connect — Casques connectés

La plainte a été reçue par le tribunal de Chicago par un utilisateur, Kyle Zak, ayant un casque Bose.

Le système Bluetooth propriétaire de Bose pourrait avoir collecté plus de données que prévu.

Le manque de sécurité des objets connectés est une chose, l'exploitation des données en est une autre.

Une plainte a été déposée aux Etats-Unis à l'encontre du constructeur de casques audio et d'enceintes Bose par un habitant de l'Illinois, Kyle Zak.

More news: Tir de missile raté après la parade militaire — Corée du Nord
More news: Un EP surprise de Prince annoncé pour l'anniversaire de sa mort
More news: Dernier round télévisé pour les candidats — Présidentielle française

L'application Bose Connect permettrait ainsi de rassembler un grand nombre de données personnelles et de dresser des profils à partir des écoutes musicales et des podasts suivis par les utilisateurs pour déterminer des éléments comme la confession religieuse ou l'appartenance politique, sans compter la masse d'informations (nom, adresse email, numéro de série du casque.) recueillies et assurant une identification unique de l'utilisateur. C'est en fait l'application Bose Connect qui est visée dans la plainte d'un utilisateur surpris des permissions réclamées lors de l'installation de l'application mobile. Par exemple l'historique audio d'une personne peut contenir des fichiers tels que des podcasts LGBT ou des enregistrements d'appel à prière.

Cette collecte se fait à l'insu des utilisateurs, les conditions et accords d'utilisation de l'application n'étant pas affichés lors de l'inscription, tandis que la récupération d'informations n'est pas mentionnée.

L'application Connect n'est pas nécessaire pour utiliser les haut-parleurs et les écouteurs de l'entreprise, mais elle offre des fonctionnalités telles que la commutation simplifiée entre les périphériques appariés qui seraient impossibles grâce à un couplage Bluetooth traditionnel.

Détenteur d'un casque QuietComfort 35 acquis le mois dernier "pour 350 dollars", Kyle Zak estime avoir droit - au même titre que les Américains dans son cas - à des dommages pour atteinte à sa vie privée, ainsi qu'au remboursement du prix du produit.

Like this: